À Fukushima, un homme nourrit et soigne les animaux laissés à l’abandon en pleine zone interdite. Naoto Matsumura se fiche des conséquences, et continuera à s’occuper de ses petits protégés, jusqu’à la fin.

Un homme très courageux

Suite à la catastrophe de Fukushima en 2011, les habitants de la région sont partis en hâte, suivant les ordres d’évacuation dictés par les autorités japonaises, et laissant derrière eux leurs animaux. Mais peu de temps après avoir pris la fuite, l’un d’eux est revenu. Naoto Matsumura est retourné à la ferme où il vivait avec sa famille depuis au moins cinq générations. Revenu sur ses terres, il décide alors de rester définitivement dans la zone interdite, au détriment de sa santé, et commence à nourrir et soigner les animaux laissés à l’abandon.

En mai 2012, fort de soutiens extérieurs qui lui apportent des denrées non contaminées, il fonde une association pour mener son combat en toute légalité. Il peut alors s’occuper des animaux, et agir en toute légitimité. Il construit alors des enclos, pose des clôtures… Il s’occupe aujourd’hui de 400 vaches, 60 cochons et plus d’une centaine de chats et chiens.

Quant aux rayonnements, Naoto “refuse de s’inquiéter à ce sujet“, mais ne se nourrit que des aliments importés dans la zone. Et c’est au milieu des ruines de Fukushima, exposées aux radiations, que naissent de nouvelles générations d’animaux qui font la fierté d’un homme qui aura consacré la moitié de sa vie à la cause animale. “Nous avons tous été abandonnés par le gouvernement” déplore Naoto Matsumara. “Alors les animaux et moi devons rester ici“.